UA-137189520-1

Témoignage d’un étudiant de Paris 8

Accueil > Vie étudiante > Echanges internationaux > Témoignage d’un étudiant de Paris 8

"Salut à tous les étudiants de Paris 8.

Je sais combien beaucoup d’entre vous souhaitent effectuer un voyage d’étude au Québec, mais la peur de vous jeter dans l’inconnu vous empêche de sauter le pas. Ayant été au Canada pour un voyage d’étude, je vais partager avec vous mes expériences en espérant que cela vous aidera à mieux connaître les avantages d’un séjour d’études et à mieux appréhender les susceptibles inconvénients que vous risqueriez de rencontrer lors de votre séjour.

Pour commencer, laissez moi me présenter, je suis Jean Emmanuel PIERRE, grâce au programme d’échange franco-québécois (CREPUQ), j’ai eu la chance de bénéficier d’un séjour d’études extraordinaire au Canada.

Alors que je venais de valider mon Master 1 avec succès, l’année universitaire 2007/2008 allait être une année de découverte pour ma carrière estudiantine. En effet, après avoir passé quatre années d’études dans mon université d’origine, en l’occurrence, l’université Paris 8, je voulais vivre une autre expérience académique, je me suis donc renseigné auprès du bureau international des étudiants afin de savoir les modalités d’admission au programme d’échange avec les autres universités étrangères. Mon séjour à l’université de Montréal (Québec), dans le cadre de mes recherches de Master 2, m’a permis d’acquérir des expériences à la fois intellectuelles, culturelles et humaines très enrichissantes.

Avant de vous faire part en détail de ce que ce voyage m’a apporté, je vais d’abord partager avec vous le contexte dans lequel je l’ai organisé.
En effet, tout comme vous, au départ, j’étais inquiet à l’idée de me retrouver dans un pays où je ne connaissais personne et surtout être dans l’ignorance totale du fonctionnement administratif du pays d’étude. Mais ma motivation d’évoluer dans un environnement différent de mon université d’origine était plus forte que le moment d’hésitation que je pouvais avoir. Donc, j’ai sauté le pas et je dois vous dire que ça valait la peine car cette expérience restera inoubliable dans ma vie.

Sur le plan organisationnel, après mon admission, j’ai effectué certaines démarches administratives en France avant mon départ. Il fallait dans un premier temps, solliciter une demande de bourse auprès du Conseil Régional qui chaque année délivre des bourses de mobilité aux étudiants qui souhaitent effectuer un séjour d’études à l’étranger. Dans un deuxième temps, une demande de visa auprès de l’ambassade Canadienne. Toutefois, sachez que cette étape est souvent relativement longue car il faut avant de faire la demande de visa avoir sollicité le Certificat de Sélection du Québec (CSQ), mais soyez en sûr, rien de compliquer.

A remarquer, il est important de s’assurer de l’endroit où vous allez habiter une fois arrivé au Québec. Alors, deux possibilités s’offrent à vous, soit vous réservez une chambre auprès de votre université d’accueil, ou vous optez pour la collocation. Sachant qu’il est beaucoup plus facile de se loger au Québec qu’en France, toutefois il faut s’y prendre tôt.

En ce qui me concerne, une fois que j’avais rempli les conditions administratives, j’avais devant moi une belle année universitaire qui m’attendais.

Sur le plan intellectuel, ce voyage d’étude m’a permis d’évoluer dans un contexte de formation différent que celui de mon université d’origine. J’ai appris à être autonome, à m’adapter à un système où l’apprentissage était plus collectif et l’évaluation était plus régulière, ce qui m’a permis d’être concentré sur mes études tout au long de mon séjour.

Sur le plan culturel, il m’a apporté beaucoup de satisfactions. Les dix mois que j’aie passés dans ce pays m’ont permis entre autre de découvrir la culture canadienne. Ma rencontre avec les québécois et les autres communautés qui composent la société québécoise dont la communauté haïtienne m’a permis d’avoir une autre vision sur le monde.

Sur le plan personnel, j’ai découvert une autre manière de faire du terrain. L’expérience québécoise m’a permis également d’avoir une ouverture sur deux systèmes différents (européen et nord américain). Pour un jeune homme comme moi venu d’Haïti, quand je révise ma trajectoire, je n’ai que de bons souvenirs et je considère cette possibilité comme une chance inouïe de pouvoir étudier et évoluer dans deux sociétés différentes. Depuis le XVIIe siècle, Montaigne avait proposé qu’une partie de l’apprentissage soit faite par le voyage ; cette expérience m’a permis de prendre conscience de la richesse d’un voyage d’études.

Bonne chance à tous et bon séjour au Québec"